banner

Film : visite du lycée

lycee-en-video

Evénements passés

affiche-expo-grand-meaulnes-16nov
2013 (expositions, conférence)

2012-aalvp-expo-20octobre
2012 (exposition)

2007oct13expo
2007 (exposition)

Livres

Poèmes écrits par des élèves de la classe de 5e7 en mars 2003
(professeur de Français : Mme Golicki)


Le collège Voltaire

Pour certains, il est comme
Une grande prison
Pour d'autres, il est comme
Un piège où au début de l'année
Des inconnus viennent tracer
Multiples lettres et multiples chiffres
Sur le grand tableau noir
Le portail du désespoir
Et pourtant la sonnerie retentit
Et libère les élèves
Qui partent comme des lièvres
Dans la cour ou chez eux
Là-bas le danger est écarté
Mais à demain prison dorée.

Aloys D. - 5e7


Collège Voltaire

Beau et grand
On s'y perd Facilement.
Le jour, il est bruyant
Avec le cri des enfants
Les rires des surveillants
Et les jeux amusants.
La nuit, il est effrayant
Car ses fantômes de vent
Lui viennent du cimetière
Avec leur hache de guerre
Détruisent peu à peu
Ce si beau collège Voltaire.

Dan-Feng C. - 5e7


Rêves

Pendant que l'encre marche sur les cahiers,
les professeurs font sautiller les lettres
Qui dansent toutes en joie et en harmonie,
Viennent se poser sur les lignes maladroites...
Je saute dans le néant, flottant partout où je me trouve,...
Une porte fermée et je me retrouve
Seul...
Je lève la tête ; un bruit sourd, un frisson, une lueur,
Le professeur rugit car, l'encre
Ne marchait plus sur mon cahier.
Je cherche une sortie pour m'évaporer
Mais en vain les paroles cherchent mon attention :
"Mets ton chapeau, il va pleuvoir !"

Pedro B. - 5e7


Voltaire la terre

Voltaire
C'est comme une terre
Avec ses trois cours
Comme trois océans
Et ses bâtiments
Comme les cinq continents.
Quand on le voit de devant
C'est comme un grand ouragan
Où tous les élèves arrivent en courant,
Et quand on entre dedans
C'est comme une autoroute d'enfants
Qui courent tout le temps
Sur ces marches montées
Depuis des dizaines d'années
Par tous ses écoliers.

Luc M. - 5e7


Voltaire

Voltaire,
la première fois entrée dedans
Comme englouti,
Submergé par sa beauté.
Si différent aux yeux de tous.
Pour certains,
Les élèves sont prisonniers,
Pour d'autres,
Privilégiés,
Il bouge,
Change,
Mais finalement,
Reste comme il est.

Lucille T. - 5e7


Voltaire et la salle

Voltaire est si grand que même les pigeons s'y perdent,
Voltaire est un grand labyrinthe avec ses longs couloirs,
Une trousse qui tombe,
L'enfant qui succombe,
Voltaire est un grand jardin avec ses statues en marbre et ses kiosques,
Voltaire est un grand château qui nous apprend plein de choses,
Des bruits dans le couloir,
Le professeur qui gronde,
Voltaire est si haut que personne ne pourra le dépasser,
Voltaire nous montrera notre chemin par le bout du nez,
Dans un coin l'enfant triomphant.
De la rue une dame nous observe de sa fenêtre.
Voltaire nous fera toujours faire du sport avec ses escaliers,
Voltaire est stupéfiant ou effrayant peu importe il nous est cher,
Le silence règne dans la salle,
Et déjà sonne la fin du cours,
Voltaire tu resteras toujours notre Voltaire.

Catherine T. - 5e7


Voltaire, infinité de petites choses

Un crayon qui écrit
Une gomme qui efface
Une trousse qui tombe
Un taille-crayon qui taille
Une colle qui glisse
Un garçon qui court dans le couloir
Une élève qui parle
Le professeur qui gronde l'élève
Dans un coin une araignée
Un tableau noir et blanc
Une craie qui crisse
Et plein d'autres choses…
Voltaire univers des professeurs
Voltaire univers des enfants…

Maeva M. - 5e7


Le collège Voltaire

La cour de la République
Nargue l'avenue de la Récréation.
Les couleurs vivantes se multiplient
Dans les tables.
Les professeurs et les élèves aiment travailler
Dans le bonheur et dans la joie
Quand le soleil se lève au collège on perçoit
Les ombres des élèves qui arrivent
La cloche sonne et tête baissée les collégiens
Et les lycéens entrent.
Cavalcades et chahut dans les couloirs
Première interpellation des professeurs.
Début des cours, début du silence début
De l'écoute.

Tony L. - 5e7


Voltaire

Ce vieillard plus que centenaire
N'a pas pris une ride mais au contraire
Il reste et demeure aussi populaire,
Je vous présente Voltaire :
Ce collège majestueux et presque parfait
Où chaque pierre raconte un passé
Parfois méprisé mais toujours aussi fréquenté
C'est encore Voltaire.

La fin du printemps annonce les examens
Le jour J est pour demain
Telle une ambiance de paix avant la guerre
Ou plutôt une atmosphère de peur avant l'épreuve
Que ce soit pour le brevet ou le bac,
Ils ont tous peur.
Voltaire est tiraillé entre les rires et les pleurs.
On reste fidèle à ses lumières
Et de Voltaire on en est tous fiers.

Lilia C.


Voltaire

Tombée sous le charme la première fois,
Nos cœurs nous guident le premier pas.
Ta beauté hante nos cœurs,
Ton élégance trouble nos esprits.
Rien n'obéit à nos désirs
Que de goûter les moments inoubliables.
Depuis le temps de notre venue,
Les torts, les remords
Nnous sont à présent inconnus.
Voltaire, tu nous as séduits,
Nos séjours au collège resteront
Uun merveilleux souvenir
Ggravé à jamais dans nos mémoires.

Tong J. - 5e7


Le Collège, Lycée Voltaire

Ah ! toi célèbre lycée, collège Voltaire
Au cœur du quartier Ménilmontant,
Où tout est tranquille.
Toi collège, lycée Voltaire situé
A côté d'un cimetière exceptionnel,
Le Père Lachaise.
Voltaire, Voltaire, toi qui accueilles les
Elèves génération après génération.

Dounia A. - 5e7


Toi, Collège Voltaire

Voltaire, collège de mon père
Caverne d'Ali Baba du savoir et de la tolérance ;
Sésame, ouvre-toi et donne-moi tes connaissances.
Collège aux mille couleurs,
Aussi bien dedans qu'à l'extérieur, tu es dans mon cœur
Et te dévoiles pour moi comme une fleur ;
Tes statues me regardent, me disent bonjour,
Et quand je sors, elles me disent à un autre jour.
En quelques mots
Tu es en moi,
Et je ne te quitterai pas comme ça.

Yohan C. - 5e7


Collège Voltaire

Une frayeur de grandeur
Pour ce collège immense
Si intense
La première fois venue.
Les couloirs, le réfectoire,
Les gymnases, les salles de classe
Le jardin entoure la statue de marbre
Puis la sonnerie retentit.

Claire T. - 5e7


Poème surréaliste

Les portes des salles
Entendent les tables lourdes qui crient
Grâce
Aux horribles copies angoissées
Mais
La marche grince près du parquet du bourreau.

Marion P. - 5e7